Les Editions A-Eurysthée    |     home
                                                  
26
Est-ce normal de renoncer  à un héritage représentant 50 ans de salaire ouvrier moyen ? Est-ce normal d'essayer de gagner sa vie en travaillant de ses mains alors qu'on est docteur en philosophie et qu'on vous offre un poste de professeur au Polytechnicum de Zurich ? Est-ce normal de refuser l'impôt militaire alors que tous les peuples d'Europe se lancent dans la colossale boucherie de la Première Guerre mondiale ? Pierre Ceresole fut un homme hors du commun qui tenta de trouver une solution pratique à la maladie morale qui rongeait les peuples d'Europe.


Fils de notable, d'homme politique, issu de la meilleure bourgeoisie helvétique, Pierre Ceresole rompt avec son milieu pour parcourir le monde et trouver des réponses à ses angoisses philosophiques. Il renonce à un poste d'enseignant au Polytechnicum de Zurich, refuse l'héritage paternel et gagne sa vie, hors de son monde, même en travaillant manuellement. Déçu par la tiédeur et le conformisme qu'il rencontre, Ceresole s'éloigne des Églises chrétiennes constituées. Confronté aux horreurs absurdes de la Première Guerre mondiale, il se dresse contre la machinerie impitoyable du militarisme, et de la conscription qui l'alimente. Il en payera le prix. Loin de s'en tenir à un acte de protestation, il fonde le Service Civil Volontaire international comme réponse au service militaire généralisé.
Pierre Ceresole, présente bon nombre des caractéristiques de ce que les chrétiens nomment « un saint »: recherche de pureté et de vérité, éloignement du monde, sursaut moral historiquement pertinent, action spirituelle constructive, persécutions subies et mort.

Ce livre n'est pas un recueil de lettres, ce n'est pas une biographie, ce n'est pas une hagiographie. Jean Corminboeuf a analysé le cheminement spirituel de Pierre Ceresole. Point par point, il montre sa lente élévation.


Pierre Ceresole est une personnalité bien connue des milieux pacifistes internationaux:


Pierre Ceresole, le dernier saint vaudois ?
Jean Corminboeuf          tome 1
208 pages, broché, A5, 30 illustrations
ISBN 978-2-9701049-3-3
Prix :  28 CHF (+ 2 CHF de frais de port, Suisse)
Version numérique (.pdf) : 11 CHF



Acheter "Pierre Ceresole  Le dernier saint vaudois?"

Les livres d'A-Eurysthée sont potentiellement disponibles dans toutes les librairies. Si votre libraire n a pas en stock certains de nos livres, il peut les commander très facilement auprès de notre maison. Néanmoins, si pour une raison X, voire Y, vous n'arrivez pas à obtenir nos ouvrages, vous pouvez nous contacter directement.

Acheter "Pierre Ceresole  Le dernier saint vaudois?" (version papier) auprès de l'éditeur:                  

LIEN:   Clientelle privée                  
LIEN:   Libraires


Pour la clientelle privée:

LIEN: livre numérique en .pdf (sans DRM, imprimable), prix avantageux.

Disponible aussi sur Google Books: suivre ce lien.


CITATIONS:

« Le premier article de toute religion doit être la sincérité avec soi-même, en sorte que le libre penseur qui "ne peut autrement", après examen tranquille et impartial, me semble plus près de l'idéal de toute religion que celui qui s'écrase dans la camisole de force d'un dogme que son être intime ne comprend pas. Prier ainsi: "ô Dieu, si tu n'existes pas sous la forme que mon imagination te prête, donne-moi la force de le reconnaître." C'est cette prière que nous faisons quand nous disons: "Avant tout, par-dessus tout, je dois être sincère, je ne dois pas me mentir à moi-même."La vraie religion ne peut rien craindre d'une critique: ou bien cette critique ne sera pas juste, et alors notre idée religieuse restera telle quelle, ou bien cette critique sera justifiée, et notre religion renfermerait une scorie qu'il faut laisser tomber. La religion, c'est la force qui nous oriente vers ce qu'il y a de plus élevé, de plus vrai, de plus beau, de plus fort moralement, intellectuellement, matériellement, vers tout ce qu'il y a de plus heureux, puisque l'idéal et le vrai bonheur ne se distinguent guère. »
Pierre Ceresole  Göttingen, 1905   (à 25 ans)   "Pierre Ceresole  Le dernier saint vaudois?"  page 32

"La religion, c'est la force qui nous oriente vers ce qu'il y a de plus élevé, de plus vrai, de plus beau, de plus fort moralement, intellectuellement, matériellement, vers tout ce qu'il y a de plus heureux, puisque l'idéal et le vrai bonheur ne se distinguent guère."
"Quel danger d'enlever à la morale sa beauté supérieure." page 32

"Dieu n'est pas dans une église ; une église est une chose fermée."   page 96
(1914) "La politique coloniale, la manière dont les races européennes ont traité des populations moins avancées qu'elles en métallurgie et en chimie, montre que ce principe n'est pas celui de la Prusse seulement mais de toutes les grandes nations..."   page 140
"Ce n'est pas la guerre qui est terrible, c'est le manque d'harmonie qu'elle révèle. Or ce manque d'harmonie, les gens la tolèrent aisément et scandaleusement dans les questions sociales."   page 105
"La peur, le principal ennemi : surtout la peur de soi-même : peur de lâcher son argent, peur de sortir de son milieu, ..."   page 84

"La question du socialisme m'apparaît de plus en plus sérieuse." page 77

"Que ces nations renoncent à vivre comme des brutes, que leur christianisme cesse d'être un vain mot (1917)."   page 174
"L’Église croit et enseigne dans ses écoles du Dimanche qu'on a changé l'eau en vin ; et elle m'interdit de croire que Dieu protégera notre pays (1917)." page 154
(Début 1917 :) "Cette Révolution est ordonnée par l'Esprit contre l'anarchie internationale effroyable, épuisante, meurtrière." page 175


TABLE DES MATIERES  


PREFACE, Alain Clavien............................................................9

COMMENTAIRE HISTORIQUE, B. A. Rouffaer............................13

Notes du Commentaire.............................................................17


INTRODUCTION.....................................................................19
Un fou, un saint, un prophète?...................................................19
Naissance du projet.................................................................21

PREMIERE PARTIE    Chercher sa vérité pour conquérir sa liberté (1879-1914)....................................................................................24


CHAPITRE 1   Premières années ; ses conceptions religieuse, scientifique et philosophique.........................................................................25
Lettres à Pierre Chapuis, sa conception religieuse.....................26
Première étape, 1898-1901......................................................26
Deuxième étape, 1902-190......................................................28

Troisième étape, 1905.............................................................30

Commentaire sur cette troisième étape : de la vérité rationnelle à la vérité morale..................................................................................33

Correspondance avec Henri-Louis Miéville
Ses conceptions scientifiques et philosophiques.......................34

Trois clés de libération...........................................................35

Première clé de libération perfectionnée, angoisses..................39

Epreuve de la vie quotidienne et nouvelle clé pour en sortir.........40


CHAPITRE 2    Première partie de son voyage autour du monde (1909-1910)..................................................................................54
.
Les circonstances du départ..................................................54

Son séjour aux Etats-Unis, 13 octobre 1909 - fin septembre 1910...................................................................................57

A Miéville, San Fransisco, 30 mars 1910...................................................................................59
Petaluma, Chickenranch, 29 mai 1910....................................61

A Paul Seippel, Santa Maria, Pinal Oil Company, 13.6.1910..61


CHAPITRE 3    Voyage autour du monde (suite) : Hawaï  28 septembre 1910 – 14 septembre 1912........................................................................73

Ceresole professeur de français..................................................73

A Paul Seippel, Honolulu, 25 septembre 1911...............................74

Ceresole amoureux...................................................................75

Récit du drame amoureux..........................................................76

Le malaise de Ceresole devant la pauvreté...................................77

Seul dans une automobile, Ceresole rattrape Japonaises, Japonais, Chinois....................................................................................78

Christianisme et Eglises............................................................79

Esprit critique envers les Eglises................................................83

Combat contre soi et mission prophétique...................................84

Prophéties...............................................................................85


CHAPITRE 4    Le séjour au Japon, 25 septembre 1912 – 19 août 1914........................................................................................89

Tokio, 24 décembre 1912...........................................................91

A chacun sa vérité, maxime individualiste ?..................................94

L'influence bouddhiste...............................................................95

Ceresole et l'imminence de la guerre : sa mission prophétique concernant la Suisse....................................................................................97


CHAPITRE 5    La guerre commence, 25 juillet 1914..................100

Du Japon à la Suisse, fin de son premier tour du monde (19 août 1914 – fin septembre 1914)...................................................................................100

21 août 1914, réflexions sur les peuples d'Europe....................103


CHAPITRE 6    Les convictions acquises par sa recherche personnelle de vérité, en Californie, à Hawaï et au Japon..............................................107

a) Sa pensée, sur le plan religieux.........................................107

b) Sa pensée, sur le plan philosophique.................................108

c) Sa pensée, sur le plan professionnel..................................109

f) L'inégalité sociale.............................................................109

k) Non-violence pour transformer la société............................111


DEUXIEME PARTIE    Sa liberté conquise, Ceresole passe à l'action : le refus chrétien du service militaire (1914-1918)
….......................................................................................112

CHAPITRE 7    « Je n'aurais la paix que lorsque j'aurais lâché ma rente »  29 septembre 1914 – 10 août 1915.............................................113

Lettre au Conseil fédéral, don de ses actions..........................113

Pierre Ceresole engagé par Brown Boveri à Baden (4 janvier 1915- 11 aoùt 1915).................................................................................115

Ceresole en Suisse, avant l'affaire Baudraz (29 septembre 1914 - 11 août 1915).................................................................................117

Les chrétiens, les socialistes, peuvent-ils nous sortir de ce mensonge ?.......................................................................................118

Ceresole pense-il qu'il est possible de sortir de ce mensonge ? …......................................................................................119


CHAPITRE 8    L'affaire Baudraz et ses premières conséquences sur la vie de Ceresole...........................................................................123

Le premier procès Baudraz et la première réunion à la salle Centrale (11 août 1915 – 8 février 1916)......................................................................123

Combats intérieurs et préparatifs pour le 29 janvier 1916........125

La première réunion à la salle Centrale, 29 janvier 1916.........127

Après la réunion,  à son ami le pasteur Maurice Vuilleumier, Baden, 8 février 1916..............................................................................127


CHAPITRE 9    L'affaire Baudraz : Ceresole décide d'agir
…...........................................................................................133

Second procès Baudraz: Ceresole décide de refuser la taxe militaire...................................................................................133

Deux lettres et un recours : au chef de section, au Département militaire du Canton d'Argovie, et au Conseil fédéral suisse
…...........................................................................................136

Brève analyse des trois lettres où Ceresole explique son refus de la taxe militaire..................................................................................142

Procès Baudraz, réquisitoire et plaidoirie (extraits).....................149


CHAPITRE 10    Sa première prison.........................................150

Le prophète non violent, avant la Révolution russe de mars-novembre 1917.....................................................................................152

L'expérience formatrice de la prison..........................................152

Mars - avril 1917 : critique des Eglises officielles........................154


CHAPITRE 11    L'affaire Baudraz : écriture de Religion et patriotisme. Analyse du texte.....................................................................................159

Seconde réunion à la salle Centrale de Lausanne, le 2 mai 1917
….........................................................................................159

L'exposé du 2 mai 1917 : Religion et patriotisme........................162

L'exorde................................................................................162

Le centre du plaidoyer : la narration des faits et la réfutation, pages 4 à 29,  Religion et Patriotisme...........................................................................163

Réponse du Conseil fédéral, le 29 décembre 1916.....................167

Réfutation.............................................................................168

Le jugement du 27 février 1917................................................170

La réclamation au Tribunal de District de Baden, le 8 mars 1917....................................................................................171

Derniers acte de ce dialogue de sourds, la prison, le samedi 24 mars 1917....................................................................................172

Péroraison...........................................................................172

Pourquoi les Suisses ont-ils besoin de l'Esprit chrétien ?...........174

Convaincre son auditoire de la nécessité de Révolution..............175

Seule la Suisse peut courageusement faire la Révolution chrétienne du désarmement immédiat..............................................................................176

Prosopopée..........................................................................177

Conclusion de son plaidoyer...................................................180


CHAPITRE 12    1917 : les événements de Neuchâtel...............186

Du 4 mai au 17 novembre 1917 : réunion des socialistes chrétiens à Neuchâtel...........................................................................186

La prise de la Bastille à La-Chaux-de-Fonds, samedi 19 - dimanche 20 mai 1917...................................................................................188


Notes..................................................................................192

Bibliographie.....................................................................195

Présentation de l'auteur......................................................196

Table des illustrations.........................................................198

Table des matières..............................................................201



« … Sous prétexte de faire de nous des consciencieux, on fait de nous des timorés. Notre régime scolaire est le plus bas parmi les systèmes possibles, il est fait par des pédants honnêtes et consciencieux pour créer des pédants honnêtes et consciencieux.»  Pierre Ceresole, parlant du système scolaire suisse -  il fut pressentit pour occuper un poste de professeur de mécanique au Polytechnicum de Zurich (EPFZ) – après son expérience de travailleur du pétrole en Californie (1910).